Loading...
Parfums (2010) Choeur mixte et piano 2018-10-02T22:26:44+00:00

Project Description

Parfums
(version abrégée de la 2e pièces de « Figures »)

pour choeur mixte et piano
(2010)
Durée : 4’30

Création mondiale en 2010 à l’occasion du concours de Tolosa par le choeur Mikrokosmos, direction Loïc Pierre

Editeur: A Coeur Joie

« Parfums » (extr) :

La version abrégée de « Parfums » a été réalisée à la demande de Loïc Pierre pour son choeur Mikrokosmos

Notice du cycle « Figures »
La moirure du mouvement des herbes caressées par le vent : une image envoûtante et sensuelle dont le cinéma a souvent fait ses délices ; mais aussi une image puissamment musicale avec ses ondulations amples ou serrées qui offrent une belle représentation de la vibration sonore. Si l’on ferme les yeux, reste alors le souffle du vent se mêlant au délicat chuintement des tiges.

Toutes ces impressions visuelles et acoustiques nourrissent une œuvre où le chœur, véritable orchestre vocal, est la représentation sonore des faisceaux multiples qui oscillent sous le caprice du vent, c’est-à-dire ici du piano. Parfois les herbes plient et se brisent au passage d’un être dont elles gardent d’ailleurs l’empreinte ; cet être, c’est aussi le piano. Ce dernier n’accompagne pas le chœur ; il est le protagoniste, celui qui couche l’herbe de l’exhalaison de son souffle ou de la trace de ses pas, et se grise des mille caresses qu’il reçoit en retour.

La musique de ce qui est en quelque sorte un concerto pour piano et chœur mixte, parle avec les mots du poète récemment disparu Jean-Pierre Caumeil qui, durant plus de 40 ans, écrivit dans le plus grand secret des textes poétiques sans chercher à les publier, et dont quelques-uns sont réunis dans le recueil Contre-Feux édité après sa mort en 2006.

Patrick Burgan

Notes du compositeur sur la création de « Figures »
Figures a vu le jour le 10 août 2010 lors des XX° Choralies de Vaison-la-Romaine, l’association À Cœur Joie m’ayant passé commande de cette œuvre pour l’occasion. Une création est toujours un moment magique, mais difficile et particulièrement aventureux pour les interprètes qui n’ont aucun repère, aucune référence, et dont le seul outil mis à leur disposition se borne à une ribambelle de notes courant sur du papier réglé (depuis l’invention de l’enregistrement, on aborde généralement une œuvre avec déjà quelques « versions de référence » dans l’oreille) ; des Figures encore un peu abstraites et assez peu « figuratives» finalement,pour la plupart des acteurs de cette naissance étonnés par une musique qui ne se laissait pas apprivoiser facilement.Un mois plus tard (toutes les œuvres n’ont pas cette chance), elle est reprise en l’église de l’Annonciation de Lyon ; et pour deux concerts ! La maturation avait opéré ; restait un travail de consolidation que les deux jours permettaient de réaliser en profondeur, surtout sous la baguette avisée et efficace de Christine Morel. Comment traduire le bonheur d’un compositeur qui voit les contours de sa musique se dessiner avec de plus en plus de précision et de finesse,mais surtout qui voit apparaître sur le visage des chanteurs un plaisir non plus inquiet et fragile, mais serein et apaisé. La partition garde ses difficultés mais on sait maintenant quelle en est la finalité. L’œuvre se dévoile comme un tout et non comme une succession de moments plus ou moins périlleux. Et, se dévoilant comme un tout, la musique peut enfin laisser couler son expression, elle qui n’avait jusque là laissé perler qu’une vague  impression. Est-il besoin de rappeler que ce travail de maturation et d’acquisition progressive est identique chez les musiciens professionnels ?De plus, le fait qu’une musique ne se laisse pas saisir facilement est souvent le gage qu’elle ne s’épuisera pas non plus avec le temps. Ainsi certains commentaires des chanteurs m’ont particulièrement ravi : « cela ne nous gêne pas du tout de reprendre les mêmes passages, toujours et encore, aux répétitions : en effet, plus on le chante, plus on a envie de le chanter. »Voilà encore une occasion de comparer la musique à la gastronomie, à plus forte raison d’ailleurs  lorsque les chœurs impliqués vivent sur un de ses hauts lieux. J’ai toujours été frappé de la proximité d’un grand chef-cuisinier et d’un compositeur (ne parle-t-on pas de la « cuisine » de ce dernier ?). Tous deux travaillent toute leur vie une technique qui vise à renforcer la plénitude de leur produit en l’enrobant de magie et de mystère. Un plat recherché ou un grand vin ne sont pas toujours les plus convaincants à la première expérience : il faut les apprivoiser, et le plaisir sera toujours grandissant. Les chanteurs lyonnais de Figures m’ont fait la même confidence à l’issue du deuxième concert. J’en suis très touché. Qu’ils en soient remerciés.

Patrick Burgan